Des antidiabétiques inquiètent les médecins

Ce sont des petites pilules qui s’appellent Januvia, Galvus ou Velmetia. Tous les jours, selon SantéSuisse, environ 140 000 diabétiques avalent des gliptines pour mieux contrôler leur glycémie. Dès leur arrivée en Suisse, en 2007, ces substances ont attiré l’attention, sur un marché où les nouveautés ne sont pas légion. Et si celles-ci étaient un vrai progrès?

Sept ans plus tard, les experts déchantent. «Il y a un risque d’effets secondaires qui peuvent être problématiques», estime Martine Ruggli chez PharmaSuisse, la Société suisse des pharmaciens. Selon plusieurs études, dont une parue en avril 2013 dans le réputé JAMA, le journal de l’association médicale américaine, les sitagliptines doublent le risque pour les patients d’avoir une pancréatite aiguë. Si elle n’est pas traitée à temps, cette inflammation douloureuse du pancréas peut être fatale. D’autres études affirment que l’effet serait identique pour les autres gliptines (linagliptine, etc. )

Lire la suite

Publicités