Chez Firmenich, des ouvriers temporaires travaillent depuis huit ans

Un tiers des temporaires de la firme gagnent 1000 francs de moins par mois que les ouvriers fixes, selon les syndicats.

Dans l’usine Firmenich de Meyrin, du lundi au dimanche, les employés s’activent autour des machines pour fabriquer des litres d’arômes et de parfums. A première vue, ils font tous partie de la même entreprise. Dans chaque équipe, ils pointent aux mêmes heures, effectuent leurs tâches avec le même professionnalisme et mangent à la même table. Pourtant, sans que ce soit visible, ces ouvriers sont divisés en deux catégories distinctes: les employés et les temporaires.

La firme genevoise a toujours fait appel aux intérimaires. Mais depuis quelques années, elle a gelé les embauches et a recours à cette main-d’œuvre flexible pour renforcer ses effectifs de production. La porte-parole de Firmenich, Nollaig Forrest, ne veut pas donner de chiffres précis. Mais le syndicat Unia, qui a pris le dossier en main, estime à environ 250 le nombre de personnes sous contrat avec Manpower qui travaillent dans les ateliers de Firmenich, en majorité sur le site de Meyrin. Cela correspond à un tiers des ouvriers employés par le groupe.

Lire la suite

Publicités

Les enlèvements d’enfants attirent les escrocs

Il n’a suffi que de quelques secondes. Ce mardi 2 décembre 2008 en milieu de journée, devant la crèche de Chavornay (VD), Luc*, 4 ans et demi, patiente tandis que la nouvelle femme de son père installe sa fille dans le siège auto. Un instant plus tard, la mère du petit surgit par surprise, en tendant les bras. «Maman!» En souriant, celle-ci serre son fils contre elle et l’emporte en courant vers le 4×4 qui l’attend quelques mètres plus loin. Direction la Suède, à plus de 2000 kilomètres.

Lire la suite